Les relations sexuelles à deux, ça peut déjà être pas mal stressant. Et plus de gens sont invités à la partie, plus cette participation croissante entraîne son lot d’intensité et de nerfs — mais aussi potentiellement de plaisir ! Si l’envie d’essayer le sexe à plusieurs te titille le désir, on te propose quelques conseils à garder en tête pour t’assurer de mettre tous les points sur tes « i » et les croix sur tes « t » avant de te ou vous lancer à l’envers.

1. Fantasme un peu, pour apprendre à te connaître

Le sexe à plusieurs est un événement qui peut se passer dans toutes sortes de circonstances différentes. Prends donc un moment pour les imaginer, et te demander ce qui t’intéresse. Planifies-tu un trip à trois avec ta douce moitié ? As-tu envie d’une visite à un sauna, un club échangiste, un donjon ou un sex party ? Es-tu nouvellement en relation à plusieurs et cherchant à avancer dans votre intimité ? Veux-tu voir les désirs déborder en passant une soirée avec un groupe d’ami·e·s proches, ou encore à un festival où il y a des espaces consacrés à ça ? Cherches-tu à faire l’amour passionnément ou bien à t’adonner à une bonne baise à intensité élevée ?

Te donner le temps de fantasmer te mettra certainement en tête quelques scénarios alléchants, à partir desquels tu auras sûrement des questions et déjà plusieurs réponses qu’il te suffit de formuler pour commencer à échafauder ton plan d’action.

Toutes ces éventualités supposent néanmoins que le sexe à plusieurs se planifie, ce qui est certainement une judicieuse idée. Mais en fin de compte, il peut aussi être (plus ou moins) spontané, si une opportunité insoupçonnée se présente. Toujours est-il que plus tu consacres du temps à l’avance à te demander ce qui t’intéresse et à quoi tu n’es pas préparé·e ou ce que tu préfères éviter, plus tu seras équipé·e pour que tout se déroule de manière plaisante.

2. Mets à jour et échange ton information de santé sexuelle

Qui dit plus de monde dit forcément plus de risque. Non seulement est-il responsable d’éviter de transmettre des ITSS, mais il faut aussi considérer s’il y a des personnes parmi le groupe qui risquent la grossesse. Quels sont les moyens de prévention et de contraception que vous comptez proposer à l’avance ou le jour même ? En avez-vous assez et à portée de main pour tous les gestes sexuels à risque ? Faut-il considérer des méthodes à moyen ou long terme qui demandent une certaine préparation, par exemple la PrEP, ou simplement le temps que ça prendra pour avoir les résultats d’un dépistage avant de planifier une date ?

Le niveau de risque est toujours une question de négociation, mais celle-ci devient plus complexe lorsqu’il y a davantage d’acteur·rice·s en jeu. Comment déciderez-vous ensemble et de manière équitable la façon dont vous gérerez le risque ? Quand et comment comptez-vous et comptes-tu partager le détail de l’historique sexuel ou du profil de risque individuel qui aura un impact sur tout le monde ? Y a-t-il des ententes polyamoureuses à respecter, par exemple, le fluid-bonding avec certaines personnes et non d’autres ?

3. Pourquoi ne pas faire une date de préparation ?

Si le plan à plusieurs combine une relation de couple/trouple/etc. déjà établie avec une ou plusieurs autres personnes qui lui sont extérieures, pourquoi ne pas vous délecter de sa préparation à même ce noyau initial ? Souvent, c’est le fun de choisir son habit avec des ami·e·s avant de sortir, alors imagine quand tu peux partager non seulement ça, mais encore le côté plus sexy et romantique qui s’y rattache avec tan ou tes partenaires ? Toute l’excitation, la nervosité et la joie de se préparer pour une aventure nouvelle sont des émotions qui peuvent être agréables à partager avec ses partenaires dans le cadre de relations non monogames. Ça augmente votre complicité, votre bonheur, et les hormones montent vite aussi ! Peut-être serait-il une bonne idée de préparer le « terrain » pendant 2-3 minutes sur le pas de la porte, tant qu’à y être… 😉

4. Attention aux substances

Dans les milieux kink où on s’adonne à des pratiques qui comportent intrinsèquement un niveau de risque additionnel lorsqu’ajouté à celui de relations sexuelles, il est coutumier de dire que si on est trop intoxiqué·e pour conduire un véhicule, on est pareillement allé·e trop loin au-delà du seuil acceptable pour manœuvrer en (le plus possible de) sécurité les corps, les émotions et le consentement d’une autre personne, ou encore de plusieurs. Autant un verre peut aider à dénouer les nerfs du groupe qui s’apprête à faire l’amour, autant un de trop vient gâcher l’expérience à tout le monde.

5. La communication avant, durant et après !

Avant de commencer le jeu, établis donc ses règles. Avez-vous écrit une liste want/will/won’t ou discuté d’une autre manière des choses qui sont sur la table (ou le lit, ou le comptoir…) et non, pour cette fois-ci en particulier ? Est-ce que les attentes de tout le monde s’alignent à propos des définitions de certains mots, si vos décisions en dépendent — qu’est-ce que le sexe « sécuritaire », pour tout le monde concerné ici, en sachant que des relations sexuelles ne sont jamais complètement sécuritaires pour plein de raisons ? Si vous vous donnez des rôles particuliers à respecter, est-ce que vous vous entendez sur la description d’être top, bottom et switch, par exemple ? Ou encore sur ce qui rentre dans la catégorie vanille ?

Le consentement, ça se demande, se vérifie et se partage aussi en pleine action, et pas besoin de rendre ça particulièrement awkward. Un petit « est-ce que c’est plaisant ? » ou « c’est correct ? » en initiant un nouveau geste, et le tour est joué pourvu que la ou les personnes interpellées se sentent à l’aise de répondre franchement. Un ou des safewords peuvent aussi aider à éviter la gêne de l’explication, en s’appuyant sur le principe que non est une phrase complèteno is a complete sentence »).

Après la scène de sexe à plusieurs ou pendant ses intermèdes, prends aussi le temps de distribuer du aftercare et de discuter de ce qui fonctionne et ce qui est plus ardu. Comment feriez-vous ça différemment la prochaine fois ? Qu’est-ce que vous avez particulièrement aimé ?

6. Fais monter tranquillement la chaleur

Flirter et le « foreplay », autant on peut débattre de si une telle chose existe — le sexe queer et la théorie crip ne présuppose-t-iels pas que tout geste peut être compris comme porteur de plaisir et qu’il n’y a pas d’« avant » si la pénétration est décentrée ? — sont des moyens tout aussi nécessaires (sinon plus !) à plusieurs qu’à deux. Assure-toi que toutes les personnes présentes se sentent incluses et excitées avant de sauter dans le tas à califourchon !

7. Prends ton temps, et profite du flow

Aucun besoin de précipiter les choses. D’ailleurs, les hauts et les bas naturels de certaines positions, qui ne peuvent pas toutes se faire à sept personnes, permettent de prendre le temps de souffler et de se rincer l’œil (et peut-être les mains). Prends avantage des moments ou tu as besoin d’une pause pour adopter un rôle plus périphérique : où est-ce que tes mains, ta langue, tes dents ou tes pieds pourraient être utiles ? Est-ce que ce serait une bonne idée de couvrir les yeux à l’un·e des personnes présentes, ou bien de tirer une mèche de cheveux par ci, un mamelon par là ? Ou encore, permets-toi carrément le pas de recul et admire le beau tableau qui se peint devant toi. Profite du real live porn en faisant le bilan de tous tes sens, pas juste du toucher.

8. Apprécie la dynamique qui s’établit

Des fois, il est difficile de prévoir comment tout le monde en jeu agira. Le rôle que tu connais de tes ami·e·s ou partenaires d’habitude peut ne pas être celui qui se manifeste en temps et lieu, avec des gens d’autres genres ou sexualités. La réalité ne s’aligne d’ailleurs pas toujours avec nos vœux pour cette raison, mais ça n’a pas à être synonyme d’échec et de déplaisir. Arme-toi d’ouverture et de curiosité pour accueillir la dynamique de groupe qui s’établit naturellement dans un moment particulier de sexe de groupe. Aie conscience de ce que tu peux raisonnablement demander à l’instant ou dans votre recap après la partie de jambes en l’air, et de ce qui semble être plutôt la manière dont tout le monde interagit confortablement. Cela peut être une belle manière d’apprendre à connaître les gens, que ces personnes soient nouvelles ou non dans ta vie ! Cultive de l’appréciation pour l’événement pour ce qu’il est, sans nécessairement chercher à plier les autres à tes désirs. Et amuse-toi !

9. (Apprendre à) s’arrêter quand ça suffit

En décentrant l’orgasme et/ou la pénétration des relations sexuelles, il en découle que la fin n’est pas toujours évidente. Écouter le rythme du sexe, des corps autant que des désirs, c’est aussi prêter attention au·x moment·s qui indique·nt que l’expérience a naturellement suivi son cours et qu’il serait judicieux de la clore gracieusement avant que les peaux ou les égos ne se frottent trop fort ! Les participant·e·s commencent à fatiguer, les corps réagissent moins ou les positions semblent durer plus qu’elles ne devraient… Pense à varier si le désir général est de continuer, mais si après avoir tâté le pouls à toustes, la partie semble tirer à sa fin, il vaut mieux s’avouer rep(l)u·e !

Et, ce qui va (presque) sans dire : si tu en as assez avant qu’un semblant de fin naturelle pour l’entièreté du groupe ne se manifeste, il est complètement acceptable de faire ta sortie, que celle-ci soit au sens figuré ou réel, ou même cochon tant qu’à y être 🤭. Il est tout aussi crucial d’honorer ton propre rythme et de rester à l’affût de tes besoins tout au long de l’expérience. En fin de compte, ça revient à appliquer la communication avant, pendant et après en ton for intérieur, autant au niveau de ton corps que de ceux de ton esprit et de tes émotions. Les safewords peuvent être une bonne manière de se désister sans explication et de simplement passer à autre chose ou à une autre pièce pour décompresser un peu. Que ce soit à deux personnes ou à plusieurs, il peut être bon dans ce cas de rassurer tan ou tes partenaires du moment que tout va bien (si c’est effectivement le cas !), mais que tu as eu ta dose, en particulier si tu es confortable avec l’idée que les autres continuent sans toi. À ce propos, voilà d’autres accords à anticiper avant de se lancer…

Désormais armé·e de plein de bonnes intentions et de bonnes idées, on l’espère, réfléchis, discute avec tes ami·e·s et amant·e·s, et profite de nouveaux terrains de jeu et d’intimité !

author-avatar

À propos de Elyx Desloover

Rédacteur·rice pigiste | Pronoms: iel/ellui | Joyeusement gamin·e, j’aime provoquer les gens à jouer. Avec les mots comme les idées, les corps, les identités. Je trouble à dessein les sols sur lesquels on se promène sans y penser. J’interroge et fais réfléchir celleux qui m’entourent pour déconstruire les concepts réducteurs de nos belles et fluides multiplicités. Suite à des études de bac et de cycles supérieurs en philosophie et en littératures, je me consacre à un doctorat en études culturelles axé sur des enjeux trans, féministes et abolitionnistes, la justice transformatrice par le care et les politiques du plaisir. Je vise à soigner ce que je peux grâce aux remèdes naturels, à la cuisine remplie d’amour et de plantes, puis au yoga dont je suis professeureuse. Mon temps libre se trame aussi de rituels intentionnels valorisant la connexion à soi comme à autrui et au monde – communication transparente, tarot, pendule, pleine présence. Que peut-on donc créer ensembles à partir des failles de systèmes morcelés, le poème à la bouche et le sourire dans les yeux?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié Les champs obligatoires sont indiqués avec *