Dû aux mesures mises en place par le gouvernement, les commandes passées depuis le 23 décembre, jusqu’à nouvel ordre, seront traitées lors de la levée de l’ordre de fermeture des entreprises à bureaux.

Guide 101 du sexe anal : 6 questions pour tout savoir de la sodomie


Laurence Gribling
Est-ce que ça fait mal ? Est-ce que c’est risqué ? Comment on fait ? Que tu sois un débutant(e) ou que tu sois à la recherche d’options d’activités sexuelles, pour tout savoir sur la porte arrière et les plaisirs qu’elle peut te procurer, c’est ici que ça se passe.

Peut-être que tu cherches à ressentir de nouvelles sensations ou à pimenter ta vie sexuelle. Ou encore, peut-être que les relations « pénis dans le vagin » ne sont simplement pas pour toi. Peut-être aussi que tu as entendu parler de la sodomie et que tu veux en savoir plus, même si personnellement, t’es pas trop down d’essayer. C’est ben correct. Peu importe la raison pour laquelle le sexe anal a piqué ta curiosité, on démystifie tout de ce sujet.

1. Le sexe anal, c’est pour qui ?

Newsflash : contrairement à la croyance populaire, la pénétration anale c’est pour tout le monde. Non, ce n’est pas seulement pour les hommes homosexuels — d’ailleurs, ils sont plusieurs à préférer d’autres pratiques, comme la masturbation mutuelle. Le plaisir anal n’a rien à voir avec ton orientation sexuelle ou ton genre. Et peu importe ton appareil génital, tu peux éprouver beaucoup de sensations agréables avec l’anal.

Si tu as une prostate

As-tu déjà entendu parler du point P ? C’est le nom donné à la prostate, en référence au fameux point G dans le vagin, parce que lorsque celle-ci est stimulée correctement, on peut avoir des orgasmes incroyables. Et multiples. Quoi ? Oui, t’as bien lu. Située à plus ou moins 5 cm du début de l’anus, tu peux atteindre cette zone extrêmement érogène avec un doigt ou un jouet pour du plaisir en solo, ou en couple.

Si tu n’as pas de prostate

Pas de prostate ? Pas de problème. Tu peux quand même apprécier le sexe anal puisque l’anus est rempli de terminaisons nerveuses qui aiment être stimulées. L’anus étant très étroit et serré (contrairement au vagin qui est bâti pour accueillir une tête de bébé), sa pénétration est souvent décrite comme donnant un feeling de plénitude qui est jouissif à souhait, littéralement.

Si tu as un clitoris

Savais-tu que le petit bout visible du clitoris n’est que la pointe de l’iceberg et que celui-ci a des racines internes faisant environ 11 cm de long ? C’est quoi le rapport, tu vas nous dire. Le rapport c’est que tous les orgasmes des personnes détenant cet organe sont atteints grâce à une stimulation directe ou indirecte du clitoris et qu’il est possible d’exciter ces racines par voie anale, et même d’atteindre l’orgasme. Ah ouais ? Ouais.

2. Est-ce que le sexe anal, ça a des risques ?

Toute pratique sexuelle comporte le risque de contracter des infections et maladies transmises sexuellement. Fellation, cunnilingus, pénétration : on s’en sort pas. C’est l’envers de la médaille d’avoir du fun — et des orgasmes. Mais le risque est d’autant plus présent pour le sexe anal, parce que les parois intérieures de l’anus sont particulièrement délicates et poreuses. Ceci dit, tant que tu gardes en tête de te protéger en mettant un condom, en faisant des tests de dépistage, et en étant sur la PrEP, c’est tout à fait sécuritaire. On te suggère aussi d’y aller en douceur pour commencer, afin d’éviter de créer des lésions et d’augmenter ton risque de contraction. 

3. Est-ce que c’est sale ?

On ne passera pas par quatre chemins : si tu y vas à l'aveuglette et que tu ne sais pas trop comment t'y prendre, tu risques de rencontrer un peu de matière fécale dans ton aventure. Qu’est-ce que tu veux, c’est quand même par là que ça passe ! 

Le sexe anal, ça prend un minimum de préparation. C’est pas juste une question de se laver le troufion, faut aussi que tu t’assures que tout est propre en-dedans. Comment ? Disons le simplement : une bonne job au toilette, c’est l’essentiel pour éviter les mauvaises surprises. Essaye-toi pas le ventre plein, mettons. 

Pour jouer encore plus safe, tu peux aussi te procurer une douche anale et effectuer un lavement. C’est grâce à ça que les stars pornos ont un rectum tout propre dans les vidéos. L’important, c’est surtout d’être à l’aise avec san partenaire, et de ne pas en faire tout un plat s’il y a un petit dégât. Après tout, ça reste quelque chose de naturel. On est là pour avoir du fun, alors vaut mieux en rire que d’en pleurer ! 

4. Est-ce que ça fait mal ?

Non, pas quand c’est bien fait. Il faut y aller en douceur, mais aussi travailler son élasticité et surtout, utiliser beaucoup de lubrifiant. Si ça fait mal, c’est signe qu’on fait quelque chose incorrectement. Contrairement à ce que la pornographie nous fait croire, on ne glisse pas dans un anus comme un pingouin glisse sur une banquise. Mais on revient là-dessus plus loin — la préparation de l’anus, pas le pingouin.

5. Comment aborder le sujet avec san partenaire ?

Pas question de se « tromper de trou » ici. Pour t’essayer au sexe anal, il te faut le consentement enthousiaste de tan partenaire. Si parler de tes préférences sexuelles avec ta douce moitié ne te vient pas facilement, tu peux toujours aborder le sujet en partageant cet article avec iel et faire d’une pierre deux coups : tâter le terrain sur son intérêt pour l’anal et répondre à toutes ses questions en même temps. Pratique, en ? Une petite phrase bien subtile du genre : « j'ai lu cet article aujourd’hui, j’ai trouvé ça intéressant. T’en penses quoi ? » c’est parfait pour briser la glace (du sujet, pas de la banquise. Focus.)

Si la personne est game d’essayer, tant mieux pour toi ! Tu peux maintenant passer à l’action. Mais sinon, n’insiste pas. Tu peux toujours explorer ta propre porte arrière par toi-même. C’est même recommandé avant de laisser quelqu’un d’autre s’y aventurer. Comme ça, tu connais mieux ce qui te fait du bien et tu peux guider l’autre, ou avoir du fun en solo. Même si tu préfères pénétrer plutôt que d’être la personne pénétrée, avoir une idée du feeling, ça peut t’aider à amener l’autre au septième ciel. Bref, t’as rien à perdre (à part ta virginité anale).

6. La pénétration anale, on fait ça comment ?

Aborder le sujet avec ta douce moitié, check. Obtenir son consentement, check. Passer à la toilette et se rafraîchir les founes, check. Après on fait quoi ?

On se détend

Tout comme essayer de toucher tes orteils sans plier les genoux, pénétrer l’anus, ça se fait mieux si le corps est échauffé et détendu. C’est aussi beaucoup plus agréable si on sort de sa tête et qu’on focus sur les sensations ressenties plutôt que ses peurs. Relaxe, prends ça tranquillement et écoute ton corps.

On y va en douceur

Oublie les vidéos de porno : pour apprécier la pénétration anale, il faut d’abord y aller en douceur, surtout si c’est ta première fois. L’anus, c’est serré, mais l’élasticité, ça se travaille — même les stars du porno le font, c’est juste un behind the scenes. On te suggère de commencer par quelques préliminaires. Tu peux d’abord caresser l’anus, puis y introduire un doigt ou une petite plug anale. En faisant de légers mouvements rotatifs, tu peux relâcher les muscles du rectum, ce qui te permettra ensuite d’y insérer quelque chose de plus gros, si tu le désires. Après, tu fais ce que tu veux ! 

Petite note : pas besoin d’y aller en profondeur pour ressentir un maximum de plaisir. N’oublie pas que la prostate se trouve à seulement 5 cm de profondeur. La pénétration en surface suffit pour la stimuler et pour exciter les multiples terminaisons nerveuses qui se trouvent au début de l’anus.

On utilise beaucoup de lubrifiant

Pas le temps d’économiser sur ta petite bouteille. Contrairement au vagin, l’anus ne se lubrifie pas par lui-même. C’est donc impératif d’utiliser du lubrifiant, en masse, pour s’assurer qu’il n’y ait pas de friction désagréable. Si tu planifies avoir recours à un jouet, ou un condom, assure-toi d’utiliser du lubrifiant à base d’eau (pas de silicone). Et n’hésite pas non plus à en rajouter durant l’action si c’est nécessaire.

On communique avec l’autre

Comme pour toute pratique sexuelle, pour que ça se passe bien, il faut une bonne communication avec san partenaire. Si tu pénètres, demande à l’autre s’iel aime ce que tu lui fais. Si tu es la personne pénétrée, guide l’autre pour lui indiquer tes préférences. C’est pas sorcier et ça peut même facilement devenir du dirty talk et faire monter le niveau d’excitation. 

Le sexe anal outre la pénétration

Le sexe anal, ça ne s’arrête pas à la pénétration. Si tu veux explorer cette zone érogène plus en profondeur — la catches-tu — il existe une panoplie d’options. Tu peux aussi essayer l’anulingus qui est particulièrement agréable, ou si tu n’en ai pas à ta première sodomie, tu peux t’aventurer dans le fisting. En solo, en couple, ou en groupe. Avec un pénis, un jouet ou tes doigts. À toi de voir tes préférences de plaisir anal. Et si tu préfères ne pas t’essayer, c’est ben correct aussi. De toute façon, c’est pas les options qui manquent quand on parle de sexualité !

Just a little fan club

Des nouvelles, quelques promos et des surprises ! Inscris-toi à l’infolettre pour ne jamais être en manque.

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.
En t’inscrivant à notre infolettre, tu acceptes de recevoir des offres promotionnelles et des nouvelles de notre blogue.

Encore plus de fun

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

usercartmenucross-circle