Que se soit en solo, en couple ou à plusieurs, on te jase des raisons pour lesquelles tu pourrais vouloir mettre un peu de nouveauté dans tes relations sexuelles.

La sexualité peut parfois prendre les allures d’une routine. Bisous, « préliminaires », stimulation des parties génitales, orgasmes (si on a de la chance), et hop : done deal

Reviens-tu toujours aux mêmes pratiques sexuelles ?

Connais-tu par cœur les prochains moves de tan partenaire ? Ou les tiens ?

Te masturbes-tu de la même manière chaque fois ?

Si faire preuve de consistance et être prévisible peut avoir certains avantages dans toutes les sphères de la vie, quand on parle de sexualité, ça peut aussi être un obstacle à la possibilité de vivre ta best sex life.

Découvre pourquoi varier ta routine sexuelle pourrait t’être bénéfique.

Pour apprendre à mieux te connaître

Ahhh, les premières expériences sexuelles. Le mélange d’excitation, de sensations, de moments awkward et souvent de déception. On ne va pas se le cacher, c’est rarement du premier coup qu’on découvre les plaisirs d’un orgasme transcendant.

Surtout quand la majorité d’entre nous a grandi dans une société sex negative où l’éducation sexuelle (si on en avait une quelconque) se noyait dans les tabous et l’omniprésence de l’hétéronormativité et de la monogamie. Et que dire de la pornographie populaire jouant de plus en plus dans les extrêmes qui, pour plusieurs, est devenue l’encyclopédie de quoi faire au lit — on apprend tôt que le plaisir des personnes socialisées en tant qu’hommes passe en premier et est une finalité.

Avec un peu de chance, et à coup d’essais-erreurs, tu as peut-être fini par apprendre ce que tu aimes (et ce que tan partenaire aime), par trouver le bon rythme ou par faire la bonne combinaison de moves qui te permet de trouver ton plaisir lors de tes acrobaties.

Mais t’es-tu déjà posé la question à savoir si tu aimes vraiment telle ou telle pratique, ou si tu t’y adonnes par habitude ? As-tu déjà pris le temps de réfléchir et de remettre en question quelques « certitudes » par rapport à ta sexualité ? Peut-être que oui : tant mieux pour toi ! Mais peut-être que non aussi — et il n’est jamais trop tard pour commencer.

Tes premières expériences sont peut-être loin derrière toi, mais rien ne t’empêche de continuer ton exploration sexuelle et d’apprendre à te connaître.

Avec un peu plus de maturité, d’agentivité et d’esprit critique à ta ceinture, essayer de nouvelles choses au lit, c’est l’occasion de sortir des scripts qui t’ont été inculqués pour découvrir de nouvelles sensations, partir à l’exploration de toi sans retenue et enfin laisser place au plaisir sans se prendre la tête.

Pour découvrir de nouvelles saveurs

Si tu penses à la chose en soi, manger de l’algue et du poisson cru n’est pas nécessairement la chose la plus ragoutante qui soit. Pourtant, une fois que tu y as goûté, le sushi a changé ta vie (rien de moins). Ou peut-être que pour toi, c’est le tofu, le brocoli ou le fromage bleu qui te faisait hésiter et que, maintenant, tu adores.

Pareil pour le sexe. Peut-être que tu trouves ça weird les gens qui trippent sur la stimulation de la prostate, mais comment savoir si tu n’as toi-même jamais eu un doigt dans le cul ? En d’autres mots, comment savoir si tu aimes une pratique sexuelle ou pas si tu ne l’as jamais essayée ? 

La malbouffe érotique

Et qu’en est-il des pratiques érotiques, mais non sexuelles, qu’on relègue souvent au rang des préliminaires ?

On se comprend, si ton frigo ressemble plus à un cimetière de sauces et de vinaigrettes qu’à la possibilité d’un repas, si tu es fatigué·e, pressé·e ou si tu n’as simplement pas envie de cuisiner, une poutine/hotdog/cheeseburger ou toute autre option de restauration rapide est souvent la solution facile aux problèmes des affamé·e·s : c’est simple, c’est bon et c’est pas cher. Traduction sexu : quand on est dans le mood, des fois une p’tite vite, ça bouche un coin trou.

C’est pas juste parce qu’on a faim qu’on te parle de frite-sauce. Dans le Magazine Ça SEXprime, conçu pour les intervenant·e·s travaillant à l’éducation sexuelle auprès des jeunes du secondaire, on compare la sexualité centrée sur les parties génitales à de la malbouffe érotique, et je cite : 

« On s’évertue depuis des années à nous éduquer, à nous contrer les fléaux engendrés par la malbouffe, à nous convaincre d’adopter de nouvelles habitudes alimentaires, à nous inciter à faire des choix éclairés dans ce domaine. Il est grand temps d’initier une démarche semblable quant à la nourriture érotique, avant d’avoir complètement perdu le sens de la gustation. »

On associe automatiquement « relation sexuelle » à « contact génital ». Mais si on te disait que c’était bien plus ?

Dans le magazine, les expert·e·s notent que les rapports sexuels génitaux ne sont qu’une expression de la sexualité parmi tant d’autres — et on aurait intérêt à voir le concept de « relation sexuelle » comme ayant plusieurs dimensions. Autrement dit : se contenter des mêmes activités sexuelles n’impliquant que nos bijoux de famille over and over again, c’est mauvais pour notre santé érotique.

Pour favoriser le bien-être de notre sexualité, on aurait donc avantage à alimenter nos fantasmes avec du contenu plus approprié, mais aussi à décentraliser notre attention des contacts strictement génitaux en explorant d’autres avenues sensuelles et relationnelles, comme en stimulant nos zones érogènes secondaires, en essayant des pratiques où l’orgasme n’est pas l’objectif ultime, ainsi qu’en développant notre niveau d’intimité émotionnelle avec l’autre — justement, on y viendra. 

Pour stimuler ton désir sexuel

Quand la passion chute

Connais-tu la phényléthylamine ? C’est l’hormone produite par notre corps associée à la passion. Elle se pointe le bout du nez en début de relation — c’est elle qui nous fait perdre tous nos moyens. 

À la passion, on associe souvent le désir : quand on est passionné·e, il se peut qu’on ressente du désir sexuel plus spontanément, que celui-ci survienne un peu de nulle part.

Mais quand on est en relation avec un·e partenaire de longue date, notre production de phényléthylamine tend à baisser. Après 3 à 4 ans de relation, on n’en produit même plus du tout ! Résultat : ressentir cette poussée de désir à tout moment peut se faire plus rare. Le désir peut alors devenir plus réactif — il lui faut un certain contexte érotique ou sexuel pour apparaître. 

L’effet Coolidge

Qui plus est, l’humain serait aussi sujet à ce que les scientifiques appellent l’effet Coolidge. Observé chez plusieurs espèces animales, c’est un principe selon lequel on bâtirait une certaine « tolérance » à un même stimulus sexuel, ce qui aurait pour effet de faire diminuer l’excitation sexuelle chez une personne. À l’opposé, lorsque les stimuli varient, l’excitation augmenterait.

Autrement dit, selon ce principe, plus on est exposé·e à un même stimulus sexuel, plus on s’y habitue et moins on le trouve excitant, tandis qu’on devient plus excité·e lorsqu’on nous présente de nouveaux stimuli. C’est comme manger du spaghetti tous les jours — c’est un régal le lundi, mais rendu·e au samedi soir, même avec une quantité gênante de parmesan, ton spag semble un peu moins délicieux.

Bref, quand ça fait longtemps qu’on est en relation avec une même personne et que nos parties de jambes en l’air reviennent souvent au même, c’est normal d’avoir moins envie de s’y adonner et que celles-ci semblent peut-être moins le fun qu’au début.

Donc comment naviguer la baisse de phényléthylamine et l’effet Coolidge ? Tu l’auras deviné, pour reconnecter avec ton désir et favoriser ton excitation sexuelle, une des astuces est d’essayer de nouvelles choses au lit. 

S’engager dans des pratiques qui sortent de notre ordinaire, ça permet de varier les stimuli sexuels et ainsi, de favoriser l’excitation sexuelle. Le simple fait de discuter et de planifier la réalisation d’un fantasme ou d’une pratique quelconque peut être suffisant pour aider à raviver la flamme — ça crée ce contexte érotique qui peut favoriser l’apparition du désir réactif, comme on le mentionnait plus haut.

JUST A LITTLE RAPPEL: excitation sexuelle ≠ désir sexuel.

L’excitation sexuelle, c’est une réponse automatique du corps, comme avoir une érection ou mouiller. Elle survient sans qu’on puisse la contrôler, sans nécessairement être corrélée avec nos désirs et nos envies.

Le désir sexuel, c’est avoir envie d’une relation sexuelle. C’est être dans le mood, avoir des papillons dans l’entre-jambes ou des pensées coquines.

On peut être excité·e sans désirer, ou encore désirer sans être excité·e ; c’est pourquoi il est important de faire la distinction entre les deux.

Pour renforcer l’intimité

Essayer de nouvelles choses avec san partenaire aide non seulement à stimuler le désir sexuel, mais c’est aussi un bon moyen de développer l’intimité. Pas dans le sens où tout le monde est tout nu, mais plutôt parce qu’on découvre des sensations ensembles, parce que les fails peuvent devenir des insides jokes, parce que les fous rires quand une position ne fonctionne vraiment, mais alors vraiment pas donnent lieu à des moments complices qu’on aurait manqués si on s’en était tenu à nos pratiques ordinaires. Et parce que cette nouvelle caresse de la main de tan partenaire t’en a peut-être fait voir de toutes les couleurs et que ça t’a remis dans tes émois de vos premières dates. 🤩

En d’autres mots, c’est le fait de découvrir ensemble et de se communiquer nos envies l’un·e à l’autre qui importe, pas nécessairement l’action réalisée en soi.

OK, super. Now what ?

On ne te dit pas nécessairement de plonger tête première dans des pratiques « extrêmes » (whatever that means for you — à moins que tu n’en aies envie). Avoir une sexualité vanille est tout aussi valide que d’être une personne très kinky. 

On t’invite simplement à sortir de ton moule pour essayer autre chose, que ce soit de nouvelles caresses, un fantasme qui t’allume ou une activité érotique quelconque. Ça peut être aussi simple que de sortir de la chambre à coucher pour tester les ressorts de ton sofa ! Ou encore de visiter un donjon pour la première fois. 

Au final, l’important c’est de faire ce qui est bon pour toi — si ta routine sexuelle te convient à merveille et que tu n’as aucune envie de la changer, c’est parfait ! Mais si tu crois qu’une touche de nouveauté pourrait te faire du bien, lance-toi !

Peu importe tes préférences, c’est possible de quitter sa zone de confort tout en respectant ses propres limites. Suffit d’en parler avec san partenaire (si on s’y prend à deux ou à plusieurs).

Besoin d’inspiration ? 

Découvre de nouvelles pratiques sexuelles ou inspire-toi de nos suggestions pour pimenter celles dont tu es déjà adepte, juste ici.
author-avatar

À propos de Laurence Gribling

Rédactrice en chef | Pronoms : elle/la | Fan de café, féministe intersectionnelle, cat lady, et nomade à mes heures, j’ai porté plusieurs chapeaux avant de prendre celui de rédactrice en chef pour JUST A LITTLE FUN. Entre deux jeux de mots et une référence de culture pop, j’espère aider à changer les normes, à éclaircir les tabous, bref, à shaker un peu la sexualité pour la débarrasser de ses chaînes, un article à la fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié