*Note que les trucs et conseils relatés ci-bas ne concernent pas les personnes asexuelles (en particulier les personnes strictement asexuelles). En aucun cas, tu ne devrais te sentir « forcé.e » de ressentir du désir sexuel. Surtout si tu ressens que cette pression provient exclusivement de l’extérieur. De toute façon, ta quête de désir ne sera pas efficace si elle ne provient pas de motivations intrinsèques.

TW : mentions brèves de violence sexuelle, de violence conjugale, de problématiques de santé mentale, de masturbation et de slutshaming.

Dans un autre article sur le désir sexuel, on discutait des raisons derrière les fluctuations de notre désir. Aujourd’hui, on va s’intéresser plutôt aux facteurs sur lesquels on a du contrôle pour le favoriser. Que tu sois en couple monogame, polyamoureux ou célib’ fo’ life (no shame ; bienvenu.e dans le club 😉 ), il y a toujours moyen de stimuler son désir !

Une baisse de désir, ça arrive à tout le monde et ça survient dans tous les couples. S’il peut parfois s’avérer utile, sain et nécessaire de ralentir la cadence de temps à autre, les baisses de désir qui se prolongent dans le temps peuvent devenir lourdes. Elles peuvent devenir source de conflit dans un couple et même le mettre en péril. Ta baisse de désir peut aussi être un indicateur d’un problème plus profond (oui, ton corps te parle !). Alors, comment y faire face ? Sur quoi a-t-on du contrôle pour redonner un peu de pep à ses envies sexuelles ? 

Que tu cherches à spice things up, à casser la routine ou à régler une baisse de désir passagère, cet article est pour toi !

Adresser tes problèmes personnels et tes problèmes de couple en premier lieu

Tu commences à me connaître. Je parle tout le temps de sexe, mais pas toujours de façon si sexy que ça (hey ! j’essaye quand même 😅 ). On va justement commencer par le point le moins sexy, mais qui demeure tout de même le plus important : ta santé mentale et la santé de ton couple (si t’es en couple). Ben oui, pour garder son niveau de désir en bonne santé, il faut commencer en terrain fertile ! La santé sexuelle fait partie de la santé globale, donc il faut voir ça comme un tout cohérent. 

Développe de bonnes stratégies de gestion des conflits

C’est sûr que si toi et tan partenaire, vous êtes toujours en embrouille, le désir ne peut pas être A+. Lorsque vous avez des disputes, avez-vous un plan de match pour vous réconcilier ? Et je ne parle pas de make-up sex ici (t’sais le fait de faire l’amour suite à une chicane ?) ! Le make-up sex, ce n’est pas une colle-qui-répare-n’importe-quel-pot-cassé. En fait, l’important, c’est de ne pas skipper l’étape de la réconciliation !

Là où je veux en venir, c’est qu’après s’être disputé.e.s, il faut que les choses aient été discutées, clarifiées. Lors des échanges, vous devez vous sentir entendu.e.s, respecté.e.s, validé.e.s, et ce, même si vous êtes en désaccord sur certains points (c’est normal, vous êtes des individus différents). Avoir une dynamique de communication saine — où chacun.e sent qu’iel peut être ellui-même et qu’iel peut exprimer comment iel se sent en toute liberté, confiance et transparence — est essentiel pour garder le désir actif dans son couple. Si vous n’avez pas cet espace sécuritaire pour vous affirmer, ça sera difficile de maintenir un niveau de désir sexuel en santé ou encore, de tenter de le « mousser ».

Prends soin de soi 

Vis-tu des choses difficiles ces temps-ci ? Peut-être as-tu vécu des expériences interpersonnelles traumatisantes par le passé ? Que ces histoires datent de la semaine dernière ou d’il y a deux décennies, elles peuvent resurgir et venir te hanter à tout moment (même quand tu penses les avoir enfouies 6 pieds sous terre). Relation toxique, expérience sexuelle négative où l’on n’a pas respecté ton consentement, vécu de violence psychologique, etc., parfois il suffit d’un seul trigger pour te faire revivre ces blessures-là. 

À ce moment-là, si tu vis un blocage au niveau de ton désir, c’est que ton corps est en train de dire à ta tête : fix your issues, sinon je boude ! Alors peu importe les trucs que tu essayeras pour booster ton désir, ça risque d’échouer si tu balaies continuellement tes blessures en dessous du tapis ! Choisis-toi : prends ton courage à deux mains et contacte un.e spécialiste (si, comme dans les exemples cités plus hauts, ta problématique est d’origine interpersonnelle, on te conseille fortement un.e sexologue). 

Ce conseil s’applique d’ailleurs à toutes autres problématiques de santé mentale qui peuvent être un frein à ton désir (dépression, anxiété, manque de sommeil, stress, etc.). Relis l’article Désir sexuel : pourquoi varie-t-il ? pour te rafraîchir la mémoire. 

Connaître tous les recoins de ton corps

Maintenant qu’on est en terrain fertile pour maintenir un désir sexuel en santé, c’est le temps de passer aux trucs pratiques pour atteindre le sommet de ton potentiel érotique ! Donc quoi de mieux que de commencer par la masturbation ? 

(Re)connecte avec ton corps

Pourquoi c’est important ? Deux choses.

First, pour connaître ton corps, l’apprivoiser, te familiariser avec chacun de ses plis, recoins et réactions potentielles. Ainsi, tu seras en mesure de savoir ce qui te plait, ce qui te plait moins. Où t’aimes être touché.e, ou pas. Si toi-même, tu ne sais pas comment te satisfaire sexuellement, que tu ne l’as jamais expérimenté, comment les autres pourront-iels deviner ?

Deuxième raison ? La masturbation, en elle-même, stimule le désir sexuel. Comme dirait ma prof de bio « l’appétit vient en mangeant… et c’est aussi vrai pour le sexe » ! Donc moins tu te masturbes, moins tu auras le goût de le faire (et moins t’auras envie d’avoir des relations sexuelles avec d’autres). En plus, plus tu te masturbes, plus tu stimuleras ton imaginaire érotique et plus tu alimenteras tes fantasmes (point bonus si tu le fais à l’aide de ton imagination plutôt que la pornographie !).

Si tan partenaire pense que se masturber, c’est tromper, explique-lui donc les bienfaits de la masturbation 😜 . En couple, ou pas, la masturbation, c’est essentiel !

Améliorer sa communication sexuelle

… Parce que même les partenaires qui ont 10 ans de vie commune ne peuvent deviner ce qu’il y a dans la tête de l’autre !

Apprends à communiquer tes besoins sexuels

Maintenant que tu as appris à reconnaître et identifier tes points faibles, les zones qui te font frissonner, les techniques qui te permettent réellement de prendre ton pied : c’est le temps de communiquer tous ces précieux enseignements à tan partenaire ! 

Ce n’est pas toujours évident de nommer ses envies et ses besoins au lit. Surtout pour les personnes socialisées au féminin : disons que mettre notre plaisir sexuel de l’avant, ce n’est pas ce qui fait partie de nos plus grands apprentissages ! C’est pour ça qu’on t’a préparé quelques trucs et astuces pour y arriver ici. T’es tanné.e de ne rien dire, par peur de vexer, lorsqu’on te touche de manière malhabile ? On te comprend ! C’est fini ce temps-là ; cette époque est révolue !

Je t’assure que lorsqu’on assume pleinement ses besoins sexuels et qu’on apprend à les communiquer, c’est un monde infini de possibilités qui s’offre à nous ! En plus, je suis certaine que ça allumera tan partenaire que tu lui susurres à l’oreille ce qui te fait tripper d’un ton suave et langoureux.🔥

Discutez de ce qui vous excite

Parfois, on est tellement pris dans de nos vieilles habitudes et scripts sexuels spécifiques lors de nos ébats qu’on ne prend même pas la peine de se demander quels sont nos fantasmes. Ce qui te turn on vraiment. Une sensation spécifique (le chaud, le froid, le serrement, le pincement, la douleur, la douceur, etc.) ? Des odeurs en particulier ? Une mise en scène ? Des vêtements un peu kinky ? L’utilisation de certains jouets ? Une position que t’as toujours voulu essayer ? Faire l’amour dans un endroit inusité ? Qu’on te touche à un endroit spécifique, trop souvent négligé ?

Ton répertoire érotique a probablement beaucoup plus de potentiel que tu te l’imagines ! Dans tous les cas, tu ne sauras pas ce qui t’allume réellement tant que tu n’essayes pas. Et encore moins si tu ne te poses même pas la question. 


Turn off, turn on : do’s and don’ts

Pourquoi ne pas dresser une liste de ce que tu aimerais essayer ? (Pour te facilitier la vie, on t’en a même préparé une ici !) La liste peut être composée de fantasmes, de positions et de pratiques sexuelles, de sex toys à utiliser, de zones du corps à stimuler, etc. Mais n’oublie pas d’écrire aussi tes turn off ! Ça peut être l’occasion idéale de passer des messages que tu n’oses pas dire à tan partenaire du genre « un de mes pires turn off, c’est quand l’autre personne a une haleine qui laisse à désirer »… J’dis ça, j’dis rien ! 🤭

Après avoir réalisé cet exercice chacun de son côté, c’est la partie le fun : comparer vos résultats. Cette activité permettra non seulement d’identifier vos points communs au lit, mais il renforcera votre complicité et votre intimité. 

Alors après avoir fait cette liste de do’s and don’ts, qu’est-ce qu’on fait avec ?

Let’s spice things up a bit ! 🔥🔥🔥

Tanné.e de la routine où tu fais l’amour en mode pilote automatique ? De répéter inconsciemment des scénarios de porno ou de films clichés ? Pour briser le rythme « position 1, position 2, position 1, orgasme », il faut parfois faire preuve d’imagination, de créativité, de fantaisie !

Essaye de nouvelles choses

C’est le moment de sortir et de mettre en pratique votre liste do’s and don’ts ! Et aussi, pourquoi ne pas en profiter pour décentraliser votre attention des zones génitales afin de (re)découvrir vos zones érogènes secondaires, qu’on a trop souvent tendance à négliger ? C’est la meilleure façon de faire monter le désir et l’excitation sexuelle ! 

Vivez votre sexualité autrement ! Découvrez le tantra ensemble, faites plus d’activités stimulantes, planifiez des hot date nights (massage érotique ou cunnilingus enflammé avec votre huile/lubrifiant chauffant comestible, séances de masturbations à deux), etc. ! Peut-être que le fait d’appréhender le moment avec impatience vous fera retrouver les papillons dans le bas ventre des premiers mois ?

Adopter une vision du genre plus fluide

*Ce point s’adresse particulièrement aux hétérosexuel.le.s, mais prends note que, dans une société cishétéronormative, même les personnes queers ne sont pas à l’abri des stéréotypes et des rôles de genre.

Ça peut paraître complètement hors sujet, mais détrompe-toi : adhérer de façon rigide aux stéréotypes de genre (comment une femme vs un homme devrait se comporter) nous enferme dans des rôles prédéfinis sans même qu’on s’en rende compte. C’est valable pour à peu près tout dans la vie (choix de carrière, partage des tâches domestiques, etc.), donc ce l’est aussi dans la sexualité ! 

Puisque les êtres humains cherchent naturellement à plaire et à faire partie du groupe, très souvent, on ajuste nos comportements pour correspondre aux attentes de la société sans même s’en rendre compte. Si tu es une femme, il est possible que tu réprimes tes ardeurs charnelles pour éviter de te faire traiter de slut.

Autre exemple ? À l’inverse, les hommes se sont font dire qu’ils doivent être horny 24/7. Que pour être cools et être « de vrais hommes », ils doivent accumuler les conquêtes sexuelles. Si t’es un homme, je te l’annonce live : t’as le droit d’être éperdument amoureux et sexuellement satisfait avec une seule personne. T’es un « vrai » homme, même quand l’envie de partager comment tu te sens te prend. T’as même le droit de refuser une partie de jambe en l’air, un soir que t’en as pas envie.

Bref, c’est ça adopter une vision du genre plus fluide.

Pour résumer le tout

Stimuler son désir, ça commence par une quête personnelle à la découverte de son corps. Ensuite, pour que le désir se maintienne dans le temps, tous les team partners doivent être iclus.e.s dans le deal. Il est impossible de s’en sortir sans un bon vieux talk honnête et sincère avec tous les partenaires impliqué.e.s. La communication, c’est la clef ! Maintenant, à vous de jouer !

author-avatar

À propos de Anne-Claudel Parr

Sexologue, Rédactrice | Pronoms: elle/la | Passionnée de plage, de voyage et de salsa, j’ai étudié en science politique, en psychologie, fait un certificat en psychoéducation et en espagnol avant d’atterrir en sexologie et de trouver ma voie (ben oui, c’est long se trouver parfois) ! Féministe intersectionnelle de cœur et de raison et membre de la communauté LGBTQIAP2S+, je pose un regard assez scientifique et théorique sur la sexualité, mais en essayant d’être moins plate que ton prof de socio au cégep. J’espère pouvoir élargir ta conception de la sexualité, dire ce qui n’est pas dit et jaser de l’éléphant rose. Ensemble, on va faire la deuxième Révolution sexuelle ! Embarques-tu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié