Comprendre l’identité de genre

L’identité de genre est différente du sexe assigné à la naissance. Au Canada, le sexe assigné à la naissance est une lettre indiquée sur le certificat de naissance après observation des parties génitales extérieures. Un F est indiqué si l’enfant a une vulve, H si l’enfant a un pénis ou X si les parties génitales sont intersexuées.

L’identité de genre est indépendante du sexe assigné à la naissance, c’est un sentiment d’identité que l’on a envers soi-même. Pour certaines personnes, ça se manifeste à travers le sentiment d’être soit une fille/femme, un garçon/homme, un peu des deux, aucun des deux ou quelque chose de complètement différent.

À quel moment les enfants développent-iels leur identité de genre ?

Tout le monde a une identité de genre et elle commence généralement à se développer vers l’âge de 2 ou 3 ans, c’est-à-dire que l’enfant commence à s’identifier avec le terme « garçon », « fille », ou autre. 

Vers 5 ans, l’enfant commence à affirmer davantage son identité de genre. Pour certain·e·s enfants, ça sera un âge durant lequel iels veulent fortement affirmer leur identité de genre, et peuvent se montrer assez peu flexibles sur les rôles genrés (ex. : les filles portent des robes et les garçons ont les cheveux courts). L’affirmation de leur identité de genre peut être en lien avec le sexe qui leur a été assigné à la naissance, mais pas toujours.

Les enfants qui affirment une identité de genre différente du sexe assigné à la naissance ne grandissent pas forcément avec une identité trans. Iels peuvent montrer de la créativité autour de l’identité de genre et de l’expression de genre (la façon dont une personne décide d’exprimer son identité de genre à travers l’habillement, les pronoms, le comportement, etc.), et explorer ce qui leur correspond le mieux.

Expression de genre ≠ identité de genre

« Mon garçon veut porter du vernis, est-ce qu’il est trans ? »

Explorer son expression de genre est sain et naturel. Certain·e·s enfants entrent dans la catégorie de ce que l’on appelle « enfant au genre créatif » (gender creative kids) qui vont explorer les expressions de genre au-delà des stéréotypes genrés.

Pourquoi parler d’identité de genre aux enfants ?

Reality check : ​​d’après une étude publiée dans Journal de l’Association médicale canadienne réalisée par des chercheurs de l’Université d’Ottawa, les adolescent·e·s trans entre 15 et 17 ans sont 8 fois plus à risque de faire une tentative de suicide que les autres jeunes du même âge. 

Ce taux élevé est souvent dû au harcèlement scolaire et en ligne que les jeunes trans peuvent subir de façon quotidienne. Cependant, une éducation non genrée et inclusive pourrait aider les jeunes trans à se sentir plus soutenu·e·s et inclus·es dans leur communauté et leur école.

C’est entre autres pour cette raison qu’en tant que parent ou adulte responsable, normaliser la diversité de genre dès le plus jeune âge est important.

Parler de genre tôt, c’est l’occasion de déconstruire les rôles et les modèles genrés traditionnellement inculqués dans la société et de créer un environnement dans lequel l’enfant peut évoluer et se définir librement, en plus de lea sensibiliser quant à la différence et l’acceptation de ses pairs.

Comment aborder la question du genre avec les enfants de la petite enfance à l’adolescence ?

Avant 4 ans

Exposer en douceur

Il est important de rester vigilant·e en ce qui a trait aux messages qu’on peut faire passer sur les rôles de genre stéréotypés et les attentes genrées à travers notre comportement du quotidien. C’est une excellente période pour commencer à entourer l’enfant de modèles de personnes avec des identités et des expressions de genre diverses. Ça peut également être présenté à travers des dessins animés qui déconstruisent les stéréotypes de genre ou des livres pour enfants qui parlent de la diversité des genres.

De 4 à 7 ans

Éviter les stéréotypes

Il est préférable d’éviter de confiner l’enfant à des attentes de genre stéréotypées telles que « elle porte une robe et du rose donc c’est une petite fille » ou « un petit garçon porte des vêtements avec des dessins de camions ou de conquête spatiale ». Il est bénéfique pour le développement de l’enfant de s’épanouir dans un environnement ou iel peut se sentir à l’aise d’exprimer son identité de genre, quelle qu’elle soit.

Profiter des questions de l’enfant pour l’éduquer

Si l’enfant pose des questions telles que « Papa ? C’est une dame ou un monsieur là ? », on peut profiter de cette opportunité pour lui expliquer qu’on ne peut pas deviner l’identité de genre d’une personne juste en la regardant.

Élargir les horizons

Durant cette tranche d’âge, les enfants ont tendance à être très strict·e·s sur les identités de genre. C’est donc le bon moment pour leur expliquer que, par exemple, « toutes les personnes avec les cheveux longs ne sont pas forcément des filles, que les gars aussi peuvent avoir les cheveux longs ».

De 8 à 12 ans

Apprendre à reconnaître les stéréotypes

Lorsque l’enfant commence à être davantage exposé·e aux médias, on peut utiliser ce support pour discuter de la projection des stéréotypes genrés avec iel. Par exemple : est-ce qu’iel remarque des stéréotypes de genre dans les dessins animés, les jeux vidéo ou séries qu’iel regarde. Si oui, lesquels ?

Laisser l’enfant explorer

Il est idéal d’accueillir sans jugement les expérimentations de l’enfant avec son expression de genre à travers son habillement, sa coupe de cheveux, etc.

Parler de puberté différemment

C’est une bonne période pour commencer à parler des changements de la puberté (ces changements peuvent effrayer certain·e·s enfants, en particulier celleux qui risquent de passer à travers une puberté qui est différente de leur identité et expression de genre). On peut expliquer à l’enfant que durant la puberté, « toutes les filles n’ont pas leurs menstruations » et que « certains garçons peuvent avoir leurs règles », car « toutes les filles n’ont pas un utérus » et « certains garçons peuvent être nés avec un utérus ».

Après 13 ans

Faire des check ins

Avec les réseaux sociaux, les jeunes sont de plus en plus informé·e·s au sujet de la diversité des identités et expressions de genre (généralement beaucoup plus que les adultes qui les entourent). On peut en profiter pour leur poser des questions, et ouvrir des conversations sur les différentes identités de genres, la définition de certains termes, les stéréotypes de genres dans la cour de récréation, etc.

S’éduquer soi-même

L’identité et l’expression de genre sont un sujet parfois complexe, surtout lorsqu’on n’est pas exposé·e à une grande diversité de genres dans son entourage. S’informer sur la diversité de genre à travers la lecture, les médias ou des conversations constructives est la meilleure façon d’améliorer son confort avec ces sujets et de pouvoir en discuter ensuite. Tu peux commencer en explorant le blogue de JUST A LITTLE FUN qui a une foule d’articles en lien avec l’identité de genre tels que Fierté trans : 6 raisons d’être authentiquement et visiblement soi-même, 8 mythes sur la transidentité, 13 canadien·ne·s trans à suivre sur les réseaux sociaux, Vocabulaire LGBTQ+ : 12 mots sur l’identité de genre et bien d’autres !

author-avatar

À propos de Tessy Vanderhaeghe

Rédactrice pigiste | Pronoms : elle/la | Mordue d’escalade, j’ai déménagé de ma Belgique natale pour m’installer à Squamish en Colombie-Britannique. Quand je ne suis pas accrochée aux murs, on me trouvera à brandir des pénis et vulves en peluche dans les salles de classe avec humour et bienveillance. Certifiée en tant qu’éducatrice en santé sexuelle, je crois en une éducation à la sexualité qui commence dès la petite enfance, et je suis là pour accompagner les éducateur·rices, les parents et les familles à lancer ces conversations sans tabou !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié