Dû aux mesures mises en place par le gouvernement, les commandes passées depuis le 23 décembre, jusqu’à nouvel ordre, seront traitées lors de la levée de l’ordre de fermeture des entreprises à bureaux.

1001 types de fantasmes plus communs qu’on ne le croit


Anne-Claudel Parr
T’es-tu déjà demandé : Suis-je lea seul.e à être sexuellement excité.e par telle ou telle chose ? Ben aujourd’hui, tu risques de te trouver pas mal plus normal.e ou ordinaire que tu le pensais !

TW : Mention de fantasmes paraphiliques (pédophilie, nécrophilie, voyeurisme, exhibitionnisme), rape fantasy, mention et exemples de fantasmes et de pratiques BDSM.

Qu’est-ce qu’un fantasme sexuel ?

Les fantasmes sexuels sont des pensées ou images mentales d’ordre érotique ou sexuel pouvant entraîner du désir et/ou de l’excitation sexuelle. 97 % de la population (Lehmiller, 2018) et 60 % des personnes s’identifiant comme asexuelles (Yule, Brotto et Gorzalka, 2014) affirment en avoir eu. 

Le type de fantasmes qu’on entretient peut parfois nous renseigner sur certains éléments de notre personnalité, sur la culture dans laquelle on a grandi et même sur nos allégeances politiques ! Mais à part ça, ils ne veulent pas dire grand-chose ; il faut donc éviter de les suranalyser ou pire, de ressentir de la honte de les avoir ! 

Quels sont les plus communs ?

Il est difficile d’établir ce qui est « normal » ou commun en termes de fantasmes puisqu’il manque d’études provenant d’échantillons diversifiés et représentatifs de la population. Par contre, après avoir interviewé 4175 américain.e.s sur le contenu de leurs fantasmes, Justin Lehmiller, psychologue social et chercheur expert dans l’étude des fantasmes sexuels, a pu identifier sept catégories de fantasmes qui revenaient souvent. Bien qu’elles ne soient pas mutuellement exclusives, ces catégories sont utiles, car elles permettent d’en tirer certaines conclusions intéressantes. 

Curieux.se de découvrir les catégories de fantasmes qu’on retrouve le plus fréquemment ? Ça s’en vient !

1. Sexe à plusieurs


Sans aucun doute la catégorie la plus populaire, elle inclut les fantasmes de ménage à trois et d’orgies. Fait intéressant : ce type de fantasmes aurait tendance à augmenter avec l’âge. Peut-être qu’après plusieurs années en couple monogame les gens ont envie d’un peu de diversité ? ​​🤷🏻‍♀️ (Lehmiller, 2018)

Lehmiller souligne que, pour la plupart des gens, ce qu’iels font dans le scénario a plus d’importance que l’endroit précis où se déroule la relation sexuelle et d’avec qui iels sont. On retrouve aussi des éléments d’exhibitionnisme et de voyeurisme chez plusieurs personnes qui entretenaient des fantasmes d’orgies. Bref, cette catégorie de fantasmes semble plutôt liée au fait d’être le centre de l’attention et de se sentir désiré.e qu’au fait d’avoir une relation sexuelle avec plusieurs personnes.

2. Nouveauté, aventure et variété


En couple depuis plusieurs mois ou années avec la même personne ? Parfois, la routine embarque et notre vie sexuelle manque un peu de surprise ; en gros, ça prend un peu de variété pour te revigorer ! C’est complètement humain d’être de moins en moins excité.e par les mêmes stimuli. 

C’est pas d’ta faute : c’est la faute au phénomène d’habituation et au Coolidge effect ; le fait que l’appétit sexuel se voit renouvelé lorsqu’on a un.e nouveau.elle partenaire ou lorsqu’on ajoute un nouvel élément (en passant, ça s’applique aux individus de toutes identités de genre, pas seulement aux hommes cisgenres, comme les premières études tendaient à démontrer) (Joseph et al., 2015).

Les fantasmes en lien avec la nouveauté, l’aventure et la variété (Lehmiller, 2018) peuvent donc inclurent :

  • des pratiques sexuelles différentes (pratiques BDSM, jeux de rôle, le pegging ou de plusieurs partenaires) 
  • des relations sexuelles avec d’autres partenaires que san ou ses partenaires actuel.le.s
  • des relations sexuelles dans un lieu inhabituel
  • des rencontres sexuelles imprévues, surprenantes ou inespérées 
  • de nouveaux éléments ou de nouvelles sensations (jouets sexuels, outils technologiques, aliments, etc.)

3. Pouvoir, contrôle et sexe rough


Cette catégorie de fantasmes inclut tout ce qui a trait au BDSM, c’est-à-dire bondage/discipline, domination/soumission et sadomasochisme. Le range varie vraiment : alors que certaines de ces « pratiques » pourraient être considérées comme « vanille » par certain.e.s, d’autres seraient carrément illégales si elles étaient réalisées.

Parmi les fantasmes les plus communs de cette catégorie, on retrouve… 

  • Dominer ou être dominé.e
  • Forcer ou être forcé.e d’avoir une relation
  • Recevoir ou donner une fessée
  • Fouetter ou être fouetté.e
  • Ligoter ou être ligoté.e
  • Uriner sur san partenaire ou se faire uriner dessus

« Rape fantasy » : attention aux interprétations erronées !

Selon les résultats d’étude de Lehmiller (2018), plusieurs personnes entretiendraient des fantasmes liés à la coercition.

Est-ce que ça veut dire que toutes ces personnes désirent agresser ou être agressé.e.s sexuellement ?

Bin non ! Lehmiller précise que la majorité des participant.e.s prenaient la peine de spécifier qu’ils n’avaient pas l’intention d’agresser sexuellement leur partenaire. De plus, dans le fantasme où la personne est forcée d’avoir une relation sexuelle, c’est cette dernière qui définit les termes et qui est en contrôle des conditions. On s’éloigne donc d’une vraie agression sexuelle…

Alors quand est-ce que ça devient problématique ?

Tout est une question de fréquence et d’intensité ! Si ton fantasme de forcer quelqu’un à avoir un rapport sexuel revient de plus en plus souvent, qu’il devient envahissant ou souffrant et que tu songes au passage à l’acte… C’est le temps d’aller consulter un.e sexologue psychothérapeute !

Personnes ayant déjà fantasmé à l’idée d’être forcées à avoir une relation sexuelle

Personnes fantasmant à l’idée d’être forcées à avoir une relation sexuelle régulièrement

Personnes ayant déjà fantasmé à l’idée de forcer quelqu’un à avoir une relation sexuelle

Personnes fantasmant à l’idée de forcer quelqu’un à avoir une relation sexuelle régulièrement

4. Tabous et interdits


Cette catégorie de fantasmes relève de tout ce qui est considéré comme tabou, interdit, inusité, voire même parfois illégal (si réalisé, bien sûr) dans une société et une époque donnée. Plusieurs de ces fantasmes sont considérés comme des paraphilies (à ne pas confondre avec un trouble paraphilique). 

Attention les jugements ! Ces fantasmes sont plus populaires que les fantasmes reliés à l’intimité, la passion et la romance (qu’on verra bientôt).

Voici quelques exemples (Cossette et Joyal, 2012) :

  • Tous fantasmes fétichistes (age play, foot fetish, blood play, furry, etc.)
  • Avoir une relation sexuelle avec un animal
  • Regarder quelqu’un se dévêtir sans qu’iel ne le sache (voyeurisme)
  • S’exhiber nu.e dans un lieu public (exhibitionnisme)
  • Caresser un.e inconnu.e dans un lieu public (frotteurisme)
  • Photographier ou être photographié.e (ou filmé.e) pendant une relation sexuelle
  • Avoir une relation sexuelle avec un.e membre de sa famille
  • Avoir une relation sexuelle avec un enfant de moins de 12 ans 
  • Avoir une relation sexuelle avec un cadavre 

Paraphilie et légalité

On te rassure : aucun de ces fantasmes n’est problématique (surtout lorsqu’ils relèvent simplement de ton imaginaire érotique. Par contre, comme tu dois t’en douter, plusieurs d’entre eux ne devraient pas être mis en action, car ils sont illégaux et immoraux. Par exemple, la nécrophilie, la pédophilie, la bestialité (avoir une relation sexuelle avec un animal), l’exhibitionnisme (s’exhiber sans le consentement d’une ou des personnes), le voyeurisme (regarder, filmer, ou photographier quelqu’un à son insu) et le frotteurisme (toucher ou se frotter sur quelqu’un à son insu) sont punis par la loi au Canada. Les fantasmes fétichistes, quant à eux, ne sont pas du tout problématiques (tant qu’ils n’engendrent d’obsession compulsive qui engendre une souffrance) !

Si ces fantasmes sont récurrents (au point de causer une souffrance), deviennent obsessionnels ou se transforment en pulsion, il est important de consulter ; il pourrait s’agir d’un trouble paraphilique. Mais ne t’inquiète pas, en général, la majorité des gens qui ont des paraphilies ne développent pas de trouble paraphilique ! 😉

Différence entre paraphilies et troubles paraphiliques 

Les paraphilies sont des intérêts sexuels considérés, en quelque sorte, comme inusuels ou atypiques dans une société et une époque donnée. Pour qu’une paraphilie se transforme en trouble paraphilique, il faut qu’il y ait eu passage à l’acte, que l’intérêt soit présent depuis au moins 6 mois et que celui-ci engendre une souffrance ou encore, cause du tort à d’autres personnes. Il est très important de distinguer les deux pour éviter de stigmatiser les pratiques BDSM et fétichistes.

5. Intimité, passion et romance


Cette catégorie englobe tous fantasmes permettant un rapprochement intime et un épanouissement émotionnel, que ce soit par le fait de se sentir connecté.e à l’autre ou de se sentir désiré.e et validé.e. C’est l’exemple parfait du sexe vanille, tout en mettant l’emphase sur la connexion émotionnelle. Selon Lehmiller, 70 % des gens admettent qu’il y a souvent une composante émotionnelle dans le contenu de leurs fantasmes. 

6. Relation non monogame et échange de partenaires


Les fantasmes de relation non monogame incluent tous scénarios de couple ouvert, de relation polyamoureuse ou d’échange de partenaires sexuel.le.s. Contrairement à la catégorie de fantasmes de sexe à plusieurs, l’idée ici, c’est d’avoir la liberté de butiner… non pas d’avoir une relation sexuelle avec plusieurs partenaires à la fois.

Fait intéressant (mais pas tellement surprenant !), la plupart des personnes qui entretiennent ces fantasmes sont en couple. Mais rassure-toi ! Selon Lehmiller, les fantasmes de non-monogamie consensuelle seraient beaucoup plus communs que les fantasmes d’infidélité. De toute façon… ça reste des fantasmes ! 😉

Voici à quoi peut ressembler ce genre de fantasmes :

  • Avoir une relation sexuelle avec quelqu’un qu’on connait qui n’est pas san conjoint.e 
  • Pratiquer l’échangisme avec un autre couple
  • Cuckolding (voir san partenaire avoir une relation sexuelle avec quelqu’un d’autre) 

7. Gender bending et homoérotisme (flexibilité érotique)


Cette catégorie de fantasmes consiste à repousser les limites de son genre ou de son orientation sexuelle. Il peut s’agir, par exemple, d’avoir une relation sexuelle avec quelqu’un de son propre genre (pour une personne hétérosexuelle) ou encore, de porter des vêtements qui sont typiquement associés à un autre genre. On pourrait aussi classer certains de ces fantasmes dans la catégorie « tabou » ou « nouveauté », car ils sont à contre-courant des normes cishétérosexuelles de notre société.

Quelques faits intéressants de l’étude de Lehmiller :

  • 59 % des femmes hétérosexuelles et 26 % des hommes hétérosexuels avaient eu un fantasme homoérotique
  • Le quart des participant.e.s avaient eu un fantasme de se cross-dress (s’habiller avec les vêtements typiques d’un autre sexe)
  • Le tiers des participant.e.s avaient eu un fantasme où iel s’imaginait dans un corps d’autre sexe
  • Un tiers des hommes et un quart des femmes avaient déjà fantasmé à l’idée d’avoir une relation sexuelle avec une personne trans

Avoir ce type de fantasmes de temps à autre ne veut pas nécessairement dire que tu dois remettre en question toute ton identité (ton orientation sexuelle ou ton identité de genre, par exemple). Par contre, s’ils sont vraiment récurrents et que tu commences à te torturer incessamment avec des questionnements existentiels, peut-être qu’un.e sexologue pourra t’aider à y voir plus clair ? Si ça presse, fais donc un tour ici !

Réaliser ses fantasmes ou non ?

Pendant des siècles, la science, la médecine et la religion condamnaient tous actes sexuels qui s’éloignaient de la pénétration pénis-vagin dans un but procréatif et dans le cadre d’un mariage hétérosexuel. Le seul fait qu’une pensée sexuelle (surtout si autre qu’une envie soudaine de te reproduire) te traverse l’esprit était considéré comme un péché par la religion catholique

Le Marquis de Sade ainsi que plusieurs sexologues s’intéressant à la diversité des érotismes ont peu à peu changé la donne. On est passé des termes « déviances », à « perversions » au 19 et 20e siècle, à « paraphilies », en 1930, pour qualifier tous érotismes non reproductifs ou intérêts érotiques « non usuels ». Bref, au fil du temps, on s’est rendu compte que les êtres humains entretenaient rarement le fantasme d’avoir une relation sexuelle romantique entre deux personnes hétérosexuelles consentantes dans l’objectif de faire un bébé pour s’exciter sexuellement ! Certain.e.s sexologues considèrent même aujourd’hui la normopathie— l’obsession à l’idée d’être normal.e—comme plus problématique que le fait d’entretenir des paraphilies de temps à autre !

Alors, il est plus que temps de break free from that. Il n’y a pas de honte à être tout simplement… humain.e ! 

Oui, c’est vrai que tu n’as probablement pas envie de mettre en action tous tes fantasmes… Mais si jamais tu étais tenté.e d’essayer de réaliser ton plus grand fantasme (si légal bien sûr !), pourquoi ne pas en parler à tan partenaire, (ou les explorer sur JALF, le site par excellence pour explorer sa sexualité) ? 

Les gens qui partagent leurs fantasmes (et encore, qui les mettent en pratique) avec leur.s partenaire.s ont tendance à avoir une plus grande satisfaction quant à leur relation. Ça vaut peut-être le coup d’essayer !

Just a little fan club

Des nouvelles, quelques promos et des surprises ! Inscris-toi à l’infolettre pour ne jamais être en manque.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

En t’inscrivant à notre infolettre, tu acceptes de recevoir des offres promotionnelles et des nouvelles de notre blogue.

Encore plus de fun

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié

usercartmagnifier