Laisser place au fun à l’état brut.
Dû aux mesures mises en place par le gouvernement, les commandes passées depuis le 23 décembre, jusqu’à nouvel ordre, seront traitées lors de la levée de l’ordre de fermeture des entreprises à bureaux.

Identité du genre, sexe, orientation et expression : C’est quoi la différence ?


Laurence Gribling
Pas toujours facile de s’y retrouver et de rester à jour parmi les termes LGBTQ+. On t’explique la différence de 4 grands concepts ici pour t’aider à y voir plus clair — et peut-être à te comprendre toi-même un peu mieux.

Mettons une chose au clair : l’identité du genre, le sexe, l’orientation et l’expression du genre, ça ne concerne pas juste la communauté LGBTQ+. Ça nous concerne tous en tant qu’humain. C’est simplement une manière plus exacte de se définir.

Pourquoi est-ce qu’on se définit comme ça maintenant ? Parce que ce dont on s’est rendu compte au fil du temps, c’est que l’humain est complexe — la grosse révélation, toi — et que l’idée d’une société binaire (homme et femme), et principalement hétérosexuelle, est désuète et simplement fausse. 

Bref, en tant que société, notre cheminement vers cette conclusion nous a menés à développer un nouveau vocabulaire, dans l’objectif de mieux définir et représenter notre réalité.

On parle donc de quatre dimensions : ce qui se passe dans notre cerveau, l’appareil génital dont on est équipé, ce qui fait battre notre cœur, et comment on s’exprime physiquement.

Pas de panique. Si ça te semble complexe, on te rassure, c’est loin de l’être. C’est même assez simple une fois qu’on arrive à le visualiser, et c’est exactement ce qu’on s’apprête à faire ici.

La fin de la binarité

Avant de s’attaquer à chacune de ces dimensions, il faut comprendre une dernière chose : penser qu’il n’y a que deux options absolues (soit homme, soit femme), ça ne fonctionne plus. Il faut plutôt voir ça comme un barème. On t’explique.

Tu sais les interrupteurs à lumières tamisées où tu glisses la switch pour contrôler l’éclairage voulu ? Imagine que chaque être humain possède deux de ces interrupteurs pour chacune des dimensions abordées dans cet article. Un des interrupteurs contrôle le niveau de masculinité et l’autre le niveau de féminité. Et chacun des deux est ajusté différemment dépendamment de l’individu.

Inquiète-toi pas, on va te faire un dessin. 😉

Les 4 dimensions de l’être humain

4 dimensions de l'être humain

Le sexe

Quand on dit « sexe », on parle uniquement de caractéristiques physiques.

Ça englobe plusieurs choses, comme entre autres, les chromosomes, les hormones, et surtout, ce qui se trouve entre tes deux jambes. « Sexe », ça sous-entend souvent le sexe assigné à la naissance que les médecins déterminent à la vue de ton appareil génital. Les choix : femme, ou homme.

Sauf que ce modèle omet un détail plutôt important : plusieurs bébés naissent avec un appareil génital qui comprend des éléments à la fois féminins et masculins, si bien qu’il est techniquement impossible de les classer dans l’une seule des deux catégories. 

On appelle ça être intersexe. Ça peut se manifester, par exemple, en ayant un testicule et un ovaire, ou encore des chromosomes majoritairement féminins, mais un appareil génital masculin. Bref, les possibilités sont multiples. 

Au Québec, à cause des papiers gouvernementaux, les médecins doivent s’entendre pour placer le bébé dans la catégorie qui fit le plus. Mais ce n’est pas partout comme ça. En Allemagne, l’acte de naissance reconnaît trois options de sexe : féminin, intersexué et masculin.

Tout ça pour dire que le sexe, c’est pas mal plus complexe que seulement deux catégories. Dans les faits, on parle donc plus d’un barème. En se basant sur les chromosomes et l’anatomie de la personne, on arrive à déterminer le niveau physique de féminité et de masculinité de celle-ci — t’sais quand on te parlait des interrupteurs tantôt. On peut donc avoir un sexe totalement féminin, masculin, ou quelque part entre les deux (intersexué).

l'anatomie

L’identité du genre

L’identité du genre, elle, se passe entièrement dans le cerveau. Aucun rapport avec ton sexe, ton physique, ou le type de personne qui fait battre ton cœur : ça fait référence à comment tu te perçois, toi, comme personne, à quoi tu t’identifies. Soyons clairs : ce n’est pas un choix — ‘cause baby you were born this way, comme dirait Gaga. D’ailleurs, à part pour l’expression du genre, rien n’est un choix ici. Même principe que pour le sexe : on parle ici d’un barème. Tu peux t’identifier comme étant complètement femme, complètement homme, comme étant un peu des deux ou encore aucun des deux. Il existe donc plusieurs identités ou combinaisons d’identités, mais on t’en présente rapidement quelques-unes :

  • Personne cis — quelqu’un dont l’identité du genre correspond au sexe assigné à la naissance.
  • Personne trans — quelqu’un dont l’identité du genre ne correspond pas au sexe assigné à la naissance.
  • Personne agenre — quelqu’un qui ne s’identifie à aucun genre.
  • Personne pangenre — quelqu’un qui s’identifie à plusieurs genres.
  • Personne bispirituelle — terme utilisé par les peuples autochtones pour désigner une personne de leur communauté s’identifiant à la fois au genre masculin et féminin On tient à noter que ça fait des siècles qu’ils reconnaissent l’existence d’un troisième genre et même d’un quatrième dans certaines nations.
identité du genre

L’orientation

Ton orientation, c’est ce qui se passe dans ton cœur. Ça fait référence à l’attirance émotionnelle ou sexuelle que tu éprouves pour quelqu’un. On fait une différence entre les deux, parce que c’est pas tout le monde qui a des envies sexuelles (l’asexualité, tu connais ?). Mais même avec l’absence de désir charnel, ces personnes peuvent ressentir une attirance romantique pour d’autres.

Bref, si on te dit hétérosexualité, bisexualité ou homosexualité, tu sais sûrement à quoi on fait référence (sinon, on te suggère une petite recherche Google). Mais non seulement ces étiquettes sont-elles seulement la pointe de l’iceberg des orientations, elles sont aussi optionnelles.

Définir ton orientation, c’est pas du tout nécessaire. Si c’est important pour toi de mettre le bon terme sur ce que tu ressens, pas de problème. Mais personne ne t’y oblige. Tu peux vivre toute ta vie en ne suivant que ton cœur, sans avoir à te soucier de coller un nom spécifique à ton attirance.

Sinon, tu peux étiqueter ton orientation en prenant en compte ton genre et celui des personnes qui t’intéressent, ou encore indépendamment de ce dernier (on appelle ça être pansexuel).

Par exemple, Alex qui s’identifie comme homme et qui est attiré par les hommes est homosexuel.

attirance romantique
attirance sexuelle

L’expression du genre

L’expression du genre, c’est la manière dont tu te présentes. Si t’étais un Whippet, ça serait la couche de chocolat qui recouvre ta guimauve. Ça inclut entre autres ton apparence — comme ta coupe de cheveux, le genre de vêtements que tu portes, si tu mets du maquillage, etc. — ta façon de te comporter, ton langage corporel, ta voix, et aussi les pronoms que tu utilises pour faire référence à toi-même. 

Ça se peut que, par ton expression du genre, tu veuilles aider à définir une autre dimension de ta personne. Mais ça se peut aussi que ton expression soit simplement motivée par tes goûts, par la météo dehors ou par les activités que tu as prévues cette journée-là. D’ailleurs, ça évolue et ça change au fil du temps (ou des heures) ou de ton humeur.

Définir ton expression du genre, c’est beaucoup basé sur la vision traditionnelle des genres et de ce qui leur est associé. Un exemple simple : un homme qui porte du vernis à ongles exprime sa féminité (parce que traditionnellement le vernis à ongles est associé aux femmes). Est-ce que ça veut dire qu’il est gai, ou qu’il n’est pas un homme cis ? Non. Absolument aucun rapport. Ça veut juste dire qu’il aime avoir le bout des doigts coloré.

expression du genre

Des dimensions reliées, mais distinctes

Si tu n’as qu’une chose à retenir de cet article, c’est la suivante :

le sexe n'égal pas l'identité du genre, n'égal pas l'orientation, n'égal pas l'expression du genre

Oui, ces quatre dimensions sont reliées, mais elles sont surtout distinctes les unes des autres. Ton sexe ne détermine pas ton identité de genre. Ton expression du genre ne détermine pas ton orientation. Ton orientation ne détermine pas ton identité. Et ainsi de suite pour toutes les combinaisons possibles. 

Bref, ce sont quatre dimensions qui font de toi l’être que tu es, sans nécessairement s’influencer les unes les autres. 

Toi, ton set d’interrupteurs, il a l’air de quoi ? 💡

Que du plaisir

Des nouvelles, quelques promos et des surprises ! Inscris-toi à l’infolettre pour ne jamais être en manque.

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.
En t’inscrivant à notre infolettre, tu acceptes de recevoir des offres promotionnelles et des nouvelles de notre blogue.
usercartmenucross-circle